Observatoire du totalitarisme en marche

Dernière mise à jour : Juillet 2021

Dictature, Work in progress, #2

19 juillet 2021

  • Le sinistre Laurent WAUQUIEZ veut expérimenter, dans les trains et les gares de la région Auverge-Rhône-Alpes, des dispositifs de reconnaissance faciale ;
  • Il souhaite installer 10 000 caméras supplémentaires dans la région, développer la "vidéoprotection intelligente" ainsi que l’expérimentation de systèmes innovants (technologie biométrique) ;
  • Il veut déployer la "vidéoprotection" (sic) à l’intérieur des cars scolaires et interurbains et poursuivre l’équipement en "caméras de vidéoprotection en temps réel" des trains régionaux.

Source : https://www.laquadrature.net/2021/07/16/lundi-prochain-laurent-wauquiez-veut-autoriser-la-reconnaissance-faciale-dans-les-trains-et-les-gares/


Dictature, Work in progress, #1

16 juillet 2021

  • Interdiction d'aller dans les centres commerciaux, dans les restaurants, dans les cafés, dans les cinémas, dans les salles de sport et dans tout autre établissement recevant du public (ERP) pour les personnes ne disposant pas d'un passeport sanitaire ;
  • Six mois d'emprisonnement et 10 000 € d'amende pour les personnes contrôlées sans leur passeport sanitaire dans les établissements recevant du public ;
  • Possibilité pour les patrons du secteur privé et les employeurs publics de suspendre le traitement puis de licencier les réfractaires parmi les millions de salariés désormais concernés par la vaccination anticovid et/ou le passeport sanitaire obligatoires ;
  • Isolement obligatoire des personnes testées positives, avec vérifications aléatoires par la police ou la gendarmerie

Source : https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/pass-sanitaire-vaccination-obligatoire-sanctions-l-avant-projet-de-loi-anti-covid-se-precise-17bfc5c1-f0b3-4053-9b41-82ce27fef479


Ceci n'est pas une dictature

16 juillet 2021

La "démocratie", telle que nous l'avons connue depuis notre enfance, disparaît et meurt peu à peu. Le libéralisme politique est à l'agonie et, sous prétexte de crise sanitaire, un nouveau régime se met en place. Pourtant personne ne le dit, personne ne le voit, tout le monde fait comme s'il ne se passait rien et que, une fois le covid vaincu, nous reviendrions au monde d'avant. Les journalistes, ces vigies auto-proclamées de la démocratie, sont là pour nous rasssurer et, loin de dénoncer l'incroyable brutalité de la régression anti-démocratique actuelle, poussent à la roue pour la mener jusqu'à son terme.

Il faudra bien un jour se rendre compte que le journalisme, tel qu'il est pratiqué dans les pays dits démocratiques, n'est pas un obstacle à la montée du totalitarisme mais son instrument et que au fur et à mesure que la liberté recule et que la tyrannie s'instaure les journalistes changent la définition de ces termes afin de faire croire que nous sommes toujours dans un Etat de droit, démocratique et tempéré.

C'est ainsi que les critères de la liberté sont systématiquement revus à la baisse et ceux de la tyrannie à la hausse. Pour employer une métaphore, le thermomètre est changé à chaque fois que la température monte, pour laisser croire que celle-ci reste constante et que le régime n'a pas changé de nature.

Quelles que soient les mesures prises par le régime, le "thermomètre de la démocratie" qu'est le journalisme (mais aussi les différentes instances de "contrôle" et de "défense des libertés") indiquera inlassablement "Température ambiante : 20 degrés ; régime modéré, toute comparaison avec des régimes non-démocratiques prohibée".

En effet, pour les journalistes, on ne résiste pas à un régime "démocratique" et on n'en conteste pas le caractére démocratique. La résistance pour eux se conjugue toujours au passé ou elle ne s'applique qu'à ceux qui prétendent la conjuger au présent. Ce sont eux les fascistes, les complotistes, les populistes, les négationnistes, qui doivent tous être mis dans le même sac. Le "devoir de mémoire", tel que l'applique la classe médiatico-polique, ne sert qu'à consolider l'ordre dominant, présenté comme indépassable, démocratique par nature et préférable à tout ce qui a pu exister par le passé.

Pendant ce temps, à coups de nouvelles lois, de nouveaux décrets et de nouvelles applications technologiques, un nouveau Léviathan se dresse, engloutissant peu à peu nos dernières libertés et se dotant d'un pouvoir écrasant, immense, implacable, tel qu'aucun autre État dans l'histoire n'a jamais pu en avoir. Le stade-covid du capitalisme est celui de la fin du libéralisme politique et de l'entrée dans un nouveau totalitarisme à visage numérique. Pendant que les journalistes et les "démocrates" regardent ailleurs, nous dénoncerons et analyserons chacune des étapes de la mise en place de ce nouveau talon de fer, afin d'aider au renversement de ce qui n'est en réalité qu'un colosse aux pieds d'argile, bâti sur nos renoncements et nos démissions.

Logo du GARAP
Top