Groupe d'Action pour la Recomposition de l'Autonomie Prolétarienne

Un nouveau P'tit Rouge a été publié :
À qui profite notre travail ?

À qui profite notre travail ?

Le P'tit Rouge n°10 - Décembre 2019
Icone impression Bookmark and Share

Téléchargez le bulletin au format PDF :

icone pdf


Ce n’est un secret pour personne, nos vies sont entièrement rythmées par le travail. Lorsque nous n’en avons pas, nous devons remuer ciel et terre pour en trouver. Lorsque nous en avons, nous rêvons de pouvoir nous en échapper, nous pensons aux prochaines vacances, ou quand c’est possible, nous tentons de trouver des petites satisfactions à travers celui-ci.
Et pour cause, nous n’avons pas d’autres choix que de vendre notre force de travail à un patron pour manger, payer notre logement, nous soigner, avoir des loisirs, nous occuper de notre famille.
Que le patron soit un propriétaire de petite entreprise, un groupe d’actionnaires ou un État, notre vie doit totalement lui être dédiée. Si nous ne soumettons pas nos connaissances, nos aptitudes, notre corps et notre intelligence à l’exploitation, nous n’avons pas notre place dans cette société, car celle-ci a pour seul et unique but la production de marchandises.

Effectivement, tout ce qui nous entoure et nous est utile est réduit à l’état de marchandise, et ne peut pas être obtenu autrement qu’en échange de notre salaire, que celui-ci soit versé sous forme directe (salaire à la fin du mois ou à la tâche pour les "auto-entrepreneurs"), ou sous forme indirecte (allocations familiales, chômage, sécurité sociale, retraites…).

Pourtant, dans l’histoire de l’humanité, nous n’avons jamais produit autant de biens et de services qu’aujourd’hui. Avec relativement peu de travailleurs, nous pouvons satisfaire tous les besoins essentiels à l’existence humaine, et même bien plus. Mais étonnament, partout dans le monde, ces mêmes biens et services sont de moins en moins accessibles à la population. Les salaires diminuent globalement, et il apparaît de plus en plus évident que les ressources naturelles ne sont pas utilisées comme elles devraient l’être. La satisfaction de nos besoins laisse place à un gaspillage des ressources naturelles, et nous contraint à des travaux ennuyeux, parfois inutiles, fatiguants et dangereux autant physiquement que mentalement.

Cette situation inadmissible n’est pourtant pas une fatalité. Elle n’est pas dûe à une prétendue nature humaine. Durant les milliers d’années qui ont précédé notre époque, le travail a pris différentes formes. Il a bien sûr existé sous les terribles formes du servage et de l’esclavage, mais il a aussi existé sous la forme du partage, dans des sociétés où les moyens de production étaient bien moins développés que les nôtres.

Notre société actuelle, qui est mondiale, est traversée par une contradiction de plus en plus insupportable. Elle est principalement divisée en deux classes sociales : la bourgeoisie, et le prolétariat (dont nous faisons partie). La bourgeoisie contrôle les moyens de production, et à travers le salariat elle exerce une impitoyable dictature sur nos vies. Cela explique pourquoi la formidable capacité que nous avons de transformer la nature ne nous profite pas. Cela explique aussi pourquoi chacun d’entre nous peut avoir la sensation d’être dépossédé de ses capacités de décision et d’action, dans une société où les humains ne sont pas égaux.

La bourgeoisie est très organisée, et sait depuis longtemps que ses intérêts ne sont pas les nôtres. Elle a su tisser des liens très importants partout dans le monde, et a su semer le doute dans nos têtes. Un doute aujourd’hui tellement ancré que beaucoup d’entre nous ont oublié ce qu’ont fait nos précédesseurs ouvriers. Oublié qu’ils se considéraient comme faisant partie de la classe sociale porteuse d’un avenir meilleur pour l’humanité, et que leurs combats étaient dirigés vers cet objectif.

Pourtant, aujourd’hui encore, c’est bien nous qui produisons tout. Sans nous, rien ne pourrait fonctionner. Aujourd’hui encore, nous sommes toujours des êtres doués de force et d’intelligence. Nous apprenons tout au long de notre vie, nous ne devrions pas être enchaînés à notre travail, nous devrions plutôt nous épanouir dans des activités riches de sens et variées, qui profitent à tous. Nous devrions pouvoir jouir de tout ce que l’humanité sait et apprend à faire. Et cela, aucune entreprise, aucun État, ne saurait nous l’apporter.

Cette situation ne peut pas durer éternellement. Il ne tient qu’à nous de nous mettre en mouvement pour nous approprier ce monde.

Logo du GARAP
Top