Situation Lutte No MUOS - GARAP

Groupe d'Action pour la Recomposition de l'Autonomie Prolétarienne

Situation Lutte No MUOS

Communiqué n°26 - Avril 2014
Bookmark and Share

Pour faire suite à l'émission du 22 février sur Radio Vosstanie à propos de la lutte No MUOS, voici un message d'un camarade actuellement en Sicile :

Hier, Vendredi 25 avril et aujourd’hui, plusieurs personnes se sont réunies à Niscemi, en Sicile, répondant à un appel lancé par le mouvement No MUOS, dont l'activité et le nombre de militants a connu une baisse ces derniers mois.
Un des buts était de maintenir éveillée la lutte, à travers des rencontres, des réunions, et surtout la réactivation de la pratique de l'action directe.

Ainsi, hier, sous les yeux de la police italienne et de quelques soldats américains, les activistes ont découpé en plein jour les grillages de la base militaire américaine NRTF de Niscemi pour libérer un puits d'eau se trouvant à l'intérieur de la base. La police n'est intervenue qu'à la fin, au moment où les militants étaient en train de refermer le grillage de la base, laissant le puits à l'extérieur de celle-ci. Cette action, qui recouvrait surtout un caractère symbolique, a rapidement été anéantie durant la nuit, par les soldats de la marine américaine qui ont profité de l'absence d'activistes sur le terrain pour remettre en place le grillage.

Les réunions d'aujourd'hui (Samedi 25 avril), se sont appuyées sur cette action afin d'élargir les perspectives de cette lutte qui a dépassé, au moins en partie, l'objectif premier qui était celui d'empêcher la construction du MUOS (pour rappel, le montage des 3 antennes paraboliques du MUOS a été terminé fin janvier, mais le système n'est pas encore actif).
En effet, la lutte s'attaque aujourd'hui à plusieurs problématiques engendrées par le système capitaliste.
L'action pour la récupération du puits d'eau s'inscrit dans le combat d'une partie de la population sicilienne aux problématiques d'eau potable. Il faut savoir que dans la ville de Niscemi, une ville d'environ 20 000 habitants, l'eau est disponible tous les 15/20 jours, sans être forcément potable. C'est pourquoi la récupération du puits se veut une expression du refus de la population de laisser les militaires s'approprier des points d'eau alors que les civils n'en ont pas.
La solidarité théorique et pratique avec la lutte pour le droit des immigrés et pour la fermeture des centres de rétention en Sicile a été reconfirmée durant les réunions de ce week-end, qui ont vu l'intervention de plusieurs groupes actifs dans ce domaine.
De plus, la ligne antimilitariste a clairement été exprimée par la totalité des militants. Le combat contre le MUOS est donc aujourd'hui vu comme un combat contre l'armée et la militarisation des territoires ; les différentes actions directes ainsi que les communiqués vont et iront dans ce sens.
Enfin, le désir d'internationalisation de cette lutte, en multipliant, d'une part, les moyens d'information et, d'autre part, les connexions avec d'autres luttes en-dehors des frontières italiennes, est toujours très présent. D'ailleurs, l'organisation de futurs camps et rencontres au niveau international, dont les dates seront officialisées ces prochains jours, vont dans ce sens.

Ainsi, plusieurs luttes qu'on pourrait définir comme étant partielles sont menées en parallèle et élèvent le combat ainsi que la sensibilité de la population vers des objectifs plus globaux.
Cependant, la perspective de lutte des classes n'est actuellement pas abordée. Le discours anti-américain ou anti-occidental, avec le risque d'une vision du monde non pas classiste mais uniquement géopolitique, revient encore régulièrement, avec toutes les dérives de type maoïste que cela peut comporter (on peut notamment penser au communautarisme, au régionalisme ou au soutien potentiel à une bourgeoisie contre une autre).
En plus, la possibilité de solliciter les travailleurs des entreprises qui fournissent la base américaine en matériel (nourriture, eau, électricité, internet, gasoil, etc.) afin d'obtenir de leur part un sabotage de la production et, en conséquence, du fonctionnement de la base américaine semble encore ne pas retenir l'attention du mouvement.

Mais la lutte No MUOS est encore jeune et a déjà effectué une avancée remarquable en termes de réflexion et de pratique, ce qui laisse espérer des perspectives intéressantes. Les mois prochains nous diront dans quelle direction va évoluer ce mouvement qui doit continuer à grandir, l'antimilitarisme représentant une approche essentielle pouvant potentiellement permettre au mouvement de questionner les rapports de production capitaliste qui sont à la base de la militarisation croissante de l'ensemble de la planète.

Top